Accueil Qui sommes-nous ? Chateaux Galerie Remerciements

   

 Guise (Guise - Aisne)

   







Haut

N'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir ou sur les mots grisés pour en savoir plus

www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_guise_04.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_guise_02.jpg

Guise ; sur la commune éponyme, département de l’Aisne (photographes : Alain Antoine et Stéphane William Gondoin)

   

Le «castro Guisiae» apparaît dans les textes en 1120. Environ un siècle plus tard, au décès d'Ameline de Guise, le château rejoint le domaine royal, mais reste aux mains de la famille d'Avesnes (en place depuis 1166). C'est de cette période (première moitié du XIIIème s.) que date la construction de la tour-maîtresse. Elle pourrait être attribuée à Gautier II d'Avesnes qui en 1226 réside «en l'hostel de son castel de Guise» (Denis Hayot *). Durant la guerre de Cent Ans (en 1424), Jean de Luxembourg, du parti bourguignon, prend la place après cinq mois de siège. De 1455 à 1462, d'importants travaux y sont réalisés. On peut noter les joints refaits de la terrasse sur la grosse tour et la réfection des toitures de la grande salle. Cette fortification est attaquée en 1486, 1487, 1523 et 1536. Redevenu français en 1537, le château médiéval est transformé en citadelle bastionnée qui sera de nouveau attaquée en 1594, 1636, 1650 et 1653. Vingt ans après cette dernière date, Sébastien Le Prestre dit Vauban, en renforce les défenses. Nous pouvons citer le bastion de la charbonnière avec casemates d'artillerie (angle sud-est), le bastion de l'alouette avec sa galerie d'escarpe (angle sud-ouest) et le bastion de la haute ville avec sa poterne. Bombardés en 1914 puis en 1917, tous les bâtiments (casernement, prison, logement, palais du gouverneur...) à l'intérieur de la citadelle sont détruits, à l'exception, heureusement, de la grosse tour.

Au centre de la citadelle (triangle d'environ 250 m de côté) trône la grosse tour. Haute de 25 m actuellement (pour un diamètre de 17,60 m), elle devait à l'origine posséder un quatrième niveau, remplacé -au XVème ou XVIème s.- par une terrasse protégée par un parapet en brique. Les salles, en dessous, étaient couvertes d'une voûte en coupole (niveau 1) et d'une voûte d'ogives (niveau 2 et 3). Le niveau 2 conserve une cheminée et un réduit abritant l'accès au puits.        


* L'architecture fortifiée capétienne au XIIIe siècle – Vol 3 – Éditions du centre de castellologie de Bourgogne - 2022

www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_guise_01.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_guise_03.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_guise_05.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_guise_06.jpg