Accueil Qui sommes-nous ? Chateaux Galerie Remerciements

   

Falkenstein (Philippsbourg - Moselle)

   







Haut wwwchateauxfaure-et-faureteresses.com_falkenstein_01.jpg

N'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir ou sur les mots grisés pour en savoir plus

wwwchateauxfaure-et-faureteresses.com_falkenstein_04.jpg wwwchateauxfaure-et-faureteresses.com_falkenstein_02.jpg wwwchateauxfaure-et-faureteresses.com_falkenstein_03.jpg

Falkenstein ; sur la commune de Philippsbourg, département de la Moselle (photographes : Guy Le Ster et Jean-Marie Nick)

   

Le Falkenstein, tout comme le Fleckenstein dans le Bas-Rhin,  a été construit sur, contre et dans une barre rocheuse en grès rose. Pierre de Lutzelbourg, pourrait en être le bâtisseur, au début du XIIème s. Au décès du comte Reginald en 1143, les Hohenstaufen déclarent la place possession impériale et la donnent aux Sarrewerden. Ces derniers y installent un ministériel (capitaine) qui va fonder une nouvelle lignée de Falkenstein. Cette famille est mentionnée dès le début du XIIIème s. (1205). Plusieurs branches vont s'y succéder jusqu'au milieu du XVIème s. En mai 1564, le comte Philippe de Hanau-Lichtenberg en rachète toutes les parts. Le 19 juin, un incendie, causé par la foudre, embrase la place. Ce qui a résisté au feu est détruit par les troupes des Pays-Bas espagnols en 1623, par les soldats suédois en 1633 et par l'armée française de Montclar en 1677/78. Au sommet de la barre rocheuse (115 m de long), seules quelques traces des logis, bâtis en enfilade, subsistent : murs à niches, corbeaux qui devait porter une galerie, rainures au sol nous permettant de visualiser les roues «d'écureuil» qui portaient les charges. A sa pointe orientale, se dresse un mur bouclier ou un donjon exigu, encore en élévation sur 25 assises. Selon la hauteur des pierres à bossage, cela pourrait représenter une hauteur de 5 à 7 mètres. A l'intérieur du rocher, on dénombre encore une dizaine de chambres troglodytiques. Sur son côté nord subsiste la tour du puits (XVIème s.) à demi effondrée. Son angle nord-est porte une belle bretèche Renaissance. Deux cours, défendues chacune par une porte, longeaient la pointe ouest et la base méridionale du rocher.  

En savoir plus :

Guy Trendel et Christophe Carmona – châteaux forts d’Alsace hier et aujourd’hui – I.D. l’Edition 2015

wwwchateauxfaure-et-faureteresses.com_falkenstein_05.jpg wwwchateauxfaure-et-faureteresses.com_falkenstein_06.jpg