Accueil Qui sommes nous ? Châteaux Nouvelle Galerie Remerciements


Crozant, les tours (Crozant - Creuse)


Crozant - les tours ; sur la commune éponyme, département de la  Creuse (photographe : Didier Faure)


Crozant, durant trois-quart de siècle, fut la propriété d'illustres  lignages : les rois d'Angleterre (de 1177 à 1199), les Lusignan, comte de la Marche (de 1199 - au plus tard 1214 à 1308), le roi de France (confiscation de 1242 à 1250). Compte tenu de cette courte période, de la qualité de ces maîtres bâtisseurs et des caractéristiques architecturales des tours, il est difficile d'en dater certaines avec précision. Christian Rémy * et les archéologues de la société Hadès ** vont tenter de nous éclairer.   

Au-dessus de la seconde porterie, sur la partie haute de l'éperon, se dressent la tour «en fer à cheval» (il n'en reste que le mur nord) et la tour carrée (10 m x 10,80 m). La datation au carbone 14 de charbons de bois nous donne une édification vers 1210-1220 et une reprise du mur nord en 1240-1250. Son élévation, dans la première moitié ou le milieu du XVème s., et sa transformation en «résidence» (tour d'escalier, cheminée, baie à coussiège) seraient l’œuvre des comtes de la Marche, Jacques II de Bourbon (avant 1429) ou de Bernard d'Armagnac (après 1429).  

La grosse tour (12,50 m de diamètre) prend place au-dessus de la troisième porterie. Elle conserve principalement son premier niveau : un cul-de-basse-fosse. Un texte tardif (du XVème s.) désigne la comtesse Isabelle d'Angoulême comme sa bâtisseuse. Toutefois, son architecture, inspirée du modèle philippien (voir le tableau de 1801), pourrait bien en faire une tour royale. Donjon attribuable aux Lusignan «copiant le capétien» pour mieux le défier ou au roi de France marquant son territoire ?  

A 70 mètres environ, plus au nord, la tour semi-circulaire de la chapelle conserve sa salle-basse (avec trois fentes de jour/archères) et au-dessus, les premières assises de la chapelle. Des tessons de céramique du XIIIème s. y ont été découverts.

A une vingtaine de mètres au nord, s'élève la tour du renard (9,40 m de diamètre pour 12 m de haut -sur deux niveaux voûtés en croisée d'ogive-). La salle haute possède des latrines, une cheminée aux culots sculptés et une baie à coussiège. Cette tour, qui a tous les standards philippiens, pourrait bien avoir été construite pendant la confiscation royale au XIIIème s.  

A la pointe nord de l'éperon, se dresse la tour Collin. Une première tour circulaire de 6,50 m de diamètre (fin du XIIème s.- première moitié du XIIIème) est enchemisée pour passer à 9,70 m. Comme elle possède les mêmes caractéristiques architecturales que la tour du  renard (escalier à vis, latrines en encorbellement, grande baie à coussiège, cheminée, voûte en croisée d'ogive, culots sculptés), elle  pourrait être contemporaine de cette dernière.      


* Crozant, forteresse d'exception entre Limousin et Berry – Éditions Culture & Patrimoine en Limousin – 2011     

**https://www.hades-archeologie.com/operation/chateau-7/?source=liste-operations


En savoir plus :

http://www.richesheures.net/epoque-6-15/chateau/23crozant-general.htm

https://www.persee.fr/doc/civme_1281-704x_1999_act_5_1_928?q=LE+CHATEAU+DES+LUSIGNAN+A+CROZANT


www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_crozant_11.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_crozant_12.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_crozant_14.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_crozant_13.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_crozant_15.jpg www.chateauxfaure-et-faureteresses.com_crozant_16.jpg

N'hésitez pas à cliquer sur les photos pour les agrandir ou sur les mots grisés pour en savoir plus

Haut